Le blason

Le blason de Saint­-Maurice de Beynost existe depuis 1985. À cette époque, la commune ressent le besoin de repré­senter ses racines et son identité.
Le docteur Joseph Rivoire, habitant de Saint-Maurice depuis 37 ans et passionné d'histoi­re crée le blason. Pour la mise en forme, il s'ap­puie sur l'histoire et la géographie de Saint-Maurice.

Le blasonL'emblème est sé­paré en trois par­ties :

  • une croix tréflée sur fond vert en haut,
  • une bande rouge au milieu,
  • et un poisson dans la partie inférieure.

­La bande rouge représente la grande ­voie romaine dite « de Germanie » ; il semble qu'elle traversait la commune au niveau de la vieille église.

La tête noire au bas de la bande est celle de Saint Maurice.
En 302, Maurice, noir d'origine égyptienne et chef de la légion romaine Thébaine, refuse d'appliquer ­les édits de Dioclétien, qui règne avec l'empereur Maximien-Hercule, édits qui ordonnaient de massacrer les Chrétiens de la région d'Octodurum (Martigny).
En raison de son refus, Maurice fut martyrisé à Agaune (Suisse) et sa légion fut décimée.
Pour en savoir plus

L'épée est celle que por­taient les officiers de la légion et ­l'aigle d'or, l'emblème de la légion romaine. Le rouge symbolise le sang versé par les martyrs.

La croix tréflée de la partie supérieure du blason est en fait la « croix de Saint-Maurice » : elle était suspendue au cou des chevaliers de l'ordre de Saint-Maurice au Moyen Age.
Sa présence dans le haut du blason s'explique par le fait que le comté de Savoie, situé au nord de la ville, avait pour insigne la croix tréflée.

Joseph Rivoire a choisi le poisson pour la partie inférieure car le Rhône traverse Saint-Maurice au sud, mais aussi car le poisson est l'emblème héraldique des Chrétiens et des Musulmans.

­Les couleurs aussi ont une symbolique. Au Moyen âge, le vert rimait avec liberté, or Saint-Maurice n'a jamais connu de seigneurie sur ses terres. Par ailleurs, le plateau dombiste, au nord, est un espace vert très important. Le vert est présent sur les deux parties principales. Il est garant de l'unité de la commune.

Sources : « Le blason de Saint-Maurice », Docteur Joseph Rivoire, 1985 ; « Histoire de blason », journal de la Côtière, août 2002

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience de navigation.
En continuant votre visite sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.